P.2_1.jpg

Bande de filles

France / 2014 / 112‘ / fiction / format 2.35

Lycéens et apprentis au cinéma 2021-2022

AFFICHE.jpg

Cliquer sur l'image

L'histoire

Marieme est en troisième, elle vit dans une cité de la banlieue parisienne entre deux petites soeurs dont elle s’occupe, une mère absente et un grand frère violent, Djibril. Lorsqu’elle rencontre Lady, Adiatou et Fily, Marieme commence à vivre une vie plus libre, découvrant l’amitié mais aussi les rapports de force qui règnent entre les différentes bandes de filles de la cité. Elle change de look, trouve le courage d’affirmer son attirance pour Ismaël, un ami de Djibril, et adopte même un nouveau prénom : Vic. Mais les choses ne sont pas simples au quotidien. Marieme est confrontée à un avenir bouché et à la violence de son frère. Elle décide, sous l’influence d’Abou, un dealer du quartier, de quitter le domicile familial et d’abandonner sa bande d’amies.
Elle s’installe dans une autre banlieue et devient dealer. Elle continue de voir Ismaël, mais celui-ci lui reproche son apparence de garçon manqué et ses choix de vie. Finalement, lorsqu’Abou s’avère être un prédateur sexuel, Marieme fuit et retrouve sa cité. Les chemins sont ouverts devant elle mais il lui reste des choix à faire pour finir de devenir adulte.

Fiche technique

Scénario et Réalisation Céline Sciamma

Avec Karidja Touré, Assa Sylla, Lindsay Karamoh, Mariétou Touré

 Image :  Crystel Fournier

Musique : Para One
Montage : Julien Lacheray

Production hold up films / Lillies films
Distribution France Pyramide Distribution

La réalisatrice

CÉLINE SCIAMMA, AU COEUR DE LA SOCIÉTÉ
La réalisatrice Céline Sciamma, née en 1978, a suivi un parcours classique, puisqu’elle est diplômée de l’école de cinéma la Fémis, en section scénario. Son travail de fin d’études a donné lieu à son premier film en tant que réalisatrice, Naissance des pieuvres (2006). Elle y met en scène ce qui constitue le coeur de son cinéma : la question de l’identité. La découverte par trois jeunes filles de leur sexualité, et en particulier de l’homosexualité, est essentielle.
Dans le long métrage suivant, Tomboy (2011), une petite fille se fait passer pour un garçon auprès de ses camarades. Dans Bande de filles, il s’agit pour Marieme de se définir au sein de son milieu social grâce à sa bande. Ces trois films ont donc en commun la constitution de l’identité d’un individu, qu’elle soit sexuelle ou sociale, mais aussi un certain retentissement dans l’espace public et médiatique.
Les films de Céline Sciamma font partie de ceux qui provoquent le débat et ouvrent une réflexion non seulement sur le plan cinématographique, mais aussi social et politique. Comment sont perçus les homosexuels ou les jeunes de banlieue dans la société française ? Comment se définit le fait d’être une fille ou un garçon lorsqu’on est enfant ou adolescent ? Voilà autant de questions que la réalisatrice aborde de front.

Céline Sciamma a aussi réalisé Portrait de la jeune fille en feu (2019) et Petite maman (2021)

P.2_3.jpg

La suite ici