En liberté- dossier maître.jpg

En liberté

France / 2018 / 109' / fiction / 2.35:1 / couleur

Lycéens et apprentis au cinéma 2022-2023

L'histoire

 

Yvonne, lieutenante de police, élève seule son fils Théo depuis la mort de son mari, un commissaire héroïque et respecté de tous. Mais la jeune mère apprend par hasard la véritable nature de l’homme qu’elle croyait avoir aimé : un « ripou » crapuleux, qui n’a pas hésité à envoyer croupir en prison un innocent pour maquiller le braquage d’une bijouterie. Yvonne est bouleversée : sa vie était fondée sur des mensonges. Pour avoir la conscience en paix, elle décide d’aider Antoine, l’innocent en question, qui vient tout juste de sortir de prison. Mais Antoine n’a plus toute sa tête et il va bientôt entraîner Yvonne dans une folie schizophrénique dynamitant tout sur son passage.
À la suite de ces personnages hauts en couleur, Pierre Salvadori propose avec En liberté ! une comédie policière survoltée, multipliant les quiproquos et les situations les plus absurdes. Un film d’orfèvre aux dialogues finement ciselés qui est aussi une ode aux pouvoirs des histoires.

En liberté_AFFICHE.jpg

Cliquer sur l'image pour voir la bande-annonce

Fiche technique

Réalisation Pierre Salvadori
Scénario Pierre Salvadori, Benoît Graffin,
Benjamin Charbit

Avec Adèle Haenel, Pio Marmaï, Audrey Tautou, Damien Bonnard, Vincent Elbaz

 Image  Julien Poupard

Montage Isabelle Devinck, Julie Lena, Géraldine Mangenot

son François Maurel

Musique Camille Bazbaz

Production Philippe Martin, David Thion pour

les films Pélléas
Distribution France Memento Films Distribution

« En liberté ! porte peut-être d’abord sur l’importance de la fiction

et du cinéma dans nos vies »
Pierre Salvadori

Pierre Salvadori, le rire salvateur

Scénariste et réalisateur de deux courts et de neuf longs métrages à ce jour, Pierre Salvadori occupe une place particulière dans le paysage cinématographique français. Auteur d’un cinéma de comédie raffiné tout en étant résolument populaire, il use du star-system pour explorer un humour soucieux de la fragilité des êtres et développer une écriture cinématographique efficace, stylisée et poétique, en filiation directe avec la grande comédie américaine, celle d’Ernst Lubitsch, Billy Wilder, Blake Edwards et consorts.

Né en 1964 en Tunisie, Pierre Salvadori grandit à Paris. Très tôt cinéphile, il s’inscrit en études cinématographiques à l’université et suit des cours d’art dramatique. Fasciné par les acteurs du cinéma américain, Salvadori cherche tout d’abord à devenir comédien. Il s’emploie à écrire du stand-up et se produit sur scène. Avec l’objectif d’interpréter des rôles à l’écran, le jeune auteur-acteur écrit ensuite un premier scénario, celui de Cible émouvante, refusé par tous les producteurs. La rencontre avec Philippe Martin est déterminante. Celui qui est alors le plus jeune producteur de Paris accepte de produire le film. Il pousse également le scénariste à se lancer dans la réalisation. Le pari est osé mais se révèle gagnant.

C’est alors le début d’un long compagnonnage qui donnera des films tels que Les Apprentis (1995), Après vous (2003), Hors de prix (2006), De vrais mensonges (2010), Dans la cour (2014) et La petite bande (2022).

PIERRESALVADORI.jpg

Raconte-moi une histoire

Après le choc que fut pour elle la découverte de la vérité sur son mari, Yvonne cherche

la meilleure manière d’expliquer à son fils qui était véritablement son père. Elle ne sait pas non plus comment dire à Antoine le fait qu’elle est la femme de celui qui l’a fait condamner à tort. Louis, le collègue d’Yvonne au commissariat, ne sait pas comment avouer les sentiments amoureux qu’il nourrit à son égard. Confrontés à leurs actes, les interpellés

du commissariat cherchent le moyen d’y échapper en inventant des histoires… Rôles principaux ou secondaires, les personnages d’En liberté ! sont confrontés à la difficulté d’exprimer ce qu’ils sont, ce qu’ils pensent ou ce qu’ils ressentent. Et c’est précisément dans le pouvoir de la fiction qu’ils trouveront le meilleur allié pour parvenir à leurs fins.

En liberté_P2_IM1.jpg

Dans la profondeur de l’image

 

Travailler l’aspect visuel d’un film,c’est penser à la fois aux éléments qui seront présents dans le cadre (costumes, accessoires, décors…), mais également à la manière de les filmer (échelles de plans, mouvements de caméra, rythme du montage). Chaque film invente son propre langage en fonction de son histoire et de ce que  le ou la cinéaste souhaite en dire. Traitant du rapport entre la réalité et la fiction, entre l’ici et l’ailleurs, autour de personnages eux-mêmes scindés en deux, En liberté ! rend sensible ces oppositions en travaillant avec beaucoup de soin sur les rapports entre les avant-plans et les arrière-plans et entre le flou et le net dans l’image. À de nombreuses reprises dans le film, on pourra ainsi constater que l’action sur laquelle se focalise l’image bascule incessamment du premier plan au second, ou du flou vers le net, sans que le spectateur ne sache véritablement où fixer son attention.

Ce jeu sur la profondeur de l’image est une manière pour le réalisateur de transmettre au spectateur un peu du sentiment de désorientation
qui habite ses personnages.

La suite ici